AccueilEducationFormationLes étapes clés pour devenir un futur formateur

Les étapes clés pour devenir un futur formateur

Le plus grand propre de l’humain ne serait-il pas de chercher à pouvoir transmettre sans cesse ? Dans l’histoire, les aînés expérimentés ont toujours endossé le rôle d’enseignants auprès des plus jeunes générations : c’est un passage de relais obligé pour perpétuer un mode de vie, une culture et surtout des connaissances multiples. On apprend ainsi à transmettre à l’autre, tout en lui donnant la capacité de pouvoir transmettre un jour à son tour.

Mais que vous soyez dotés d’une grande intelligence de situation ou d’une bonne adaptation à votre interlocuteur, devenir formateur ne s’improvise pas vraiment. Avant de faire le grand saut, vous devez toujours garder en tête certaines règles.

Règles qui s’inscrivent comme des points de passage obligés en matière d’animation, de pédagogie, ou encore de qualité d’écoute. Suivre une formation pour devenir formateur à son tour comprend des étapes précises qu’il est essentiel de respecter dans l’ordre.

Quelles sont les premières démarches à suivre ?

Admettons que vous êtes passionné par les plantes depuis votre tendre enfance. Vous n’avez pas de diplôme, suivi aucun cursus en lien avec la botanique. Mais vous avez passé de très nombreuses années à vous former une culture foisonnante en autodidacte.

Par l’intermédiaire de documentaires ou de bouquins, vous avez englouti un certain nombre de connaissances sur le sujet. Connaissances qui vous permettent de parler de la botanique et de ses techniques de la manière la plus à l’aise possible.

Certains domaines restent très encadrés et réglementés à ce niveau là. Cela dit, si soudainement l’envie vous prend de vouloir transmettre votre savoir, vous n’êtes pas obligé d’obtenir un diplôme.

Vous n’êtes pas non plus toujours forcé d’avoir un parcours professionnel en lien avec ce que vous souhaitez aborder. Pour autant, cela ne veut pas dire que vous pouvez arriver les mains dans les poches.

Pour vous éclairer, voilà ce que l’on peut lire dans le code du travail :

Article L6352-1 (Modifié par LOI n°2009-1437 du 24 novembre 2009 – art. 49)

“Il n’est pas nécessaire de justifier d’une qualification professionnelle particulière pour devenir formateur ou ouvrir un organisme de formation professionnelle continue. Cependant, toute personne qui propose des prestations de formation professionnelle continue doit justifier des titres et qualités des personnels d’enseignement et d’encadrement qu’elle emploie, et de la relation entre ces titres et qualités et les prestations réalisées dans le champ de la formation professionnelle.”

Ce qu’il faut comprendre ici, c’est que vous pouvez aspirer à devenir formateur sur le long terme à condition d’avoir suivi un enseignement spécifique. Par le biais d’un organisme spécialisé dans la préparation à la formation, vous apprendrez toutes les bonnes techniques et comportements à adopter avec votre ou vos interlocuteurs.

Lire aussi : Pourquoi suivre une formation en Process de Communication ?

Les grandes notions pour un formateur

Travailler sur l’animation et ses fondamentaux

Pour s’assurer de pouvoir transmettre avec brio, il est d’abord nécessaire de comprendre le rôle que joue le formateur : quelles sont ses fonctions ? Quelles attitudes doit-il adopter face à ses interlocuteurs ? On distingue souvent 3 fonctions principales liées au formateur :

  1. La production, qui comprend toute la prise en compte des objectifs à remplir pour ceux qui sont formés et l’ensemble des solutions pour les accomplir. Les objectifs peuvent prendre de multiples formes mais doivent impérativement être énoncés et compris dès le début d’un enseignement.
  2. La facilitation, dont le but est de clarifier le travail d’une personne ou d’un groupe sur l’objectif en question. Cela passe par l’articulation d’un plan précis, qui comprend les étapes primordiales de manière ordonnée. Les exercices qui découlent de ce plan devront être rendus intelligibles et compréhensibles par tous.
  3. La régulation quant à elle s’attache à contrôler la cohésion du groupe de travail. Elle prend en compte l’aspect psychologique des interlocuteurs et de leurs interactions. Réguler la cohésion de groupe, c’est pouvoir éviter d’éventuelles tensions entre ceux que l’on forme en s’assurant de les mettre sur un pied d’égalité.

Lire aussi : CFA d’Evry : votre spécialiste des contrats d’apprentissage et formations par alternance

Savoir mettre en place une formation que vous avez créée

Une fois que vous avez compris le rôle précis que vous tenez en tant que formateur, vous allez pouvoir travailler sur la mise en place d’un processus de formation.

En ayant articulé un plan précis et rigoureux, vous permettez à vos interlocuteurs de comprendre où vous souhaitez les emmener. Chaque partie de votre plan remplit une partie de l’objectif global, comme un ingrédient nécessaire à la préparation d’un plat.

Dans un second temps et au sein de chaque partie doivent être concoctés des exercices pratiques. Ils auront pour but de faire appliquer des principes théoriques à ceux que vous formez et vous assurez qu’ils les ont bien intégrés.

Bien évidemment, à l’issue de la formation, vous devrez pouvoir les évaluer de manière individuelle et collective. Cela leur permettra d’avoir conscience de leurs acquis et/ou des marges de progression qui leur sont nécessaires.

Ça peut vous intéresser

Articles populaires

Commentaires recents