AccueilSantéCannabis thérapeutique : un nouveau médicament pour traiter l'épilepsie ?

Cannabis thérapeutique : un nouveau médicament pour traiter l’épilepsie ?

Environ 600 000 personnes souffrent d’épilepsie en France. Parmi elles, plus de 50 % a moins de 20 ans. Il existe plusieurs sortes d’épilepsies et certaines formes restent très difficiles à traiter. Les patients vivent au quotidien au rythme des crises qui demeurent invalidantes. L’histoire de la petite Charlotte Figi redonne espoir, sans oublier les expérimentations en cours dans l’Hexagone.

L’épilepsie : définition et symptômes

L’épilepsie est une maladie neurologique qui se présente sous diverses formes plus ou moins graves et plus ou moins invalidantes (crises partielles qu’on appelle généralement “absences”, crises tonico-cloniques avec raideur et convulsions, syndrome de Dravet, syndrome de Lennox-Gastaut, etc). Les symptômes sont variés et changent d’un patient à l’autre et parfois même, d’une crise à l’autre chez un même patient. C’est donc une maladie difficile à diagnostiquer et à soigner. Parmi les symptômes de l’épilepsie, les plus courants sont les suivants : révulsion oculaire, perte de contact (absence), rigidité des muscles, migraines, clonies, épisodes de déréalisation, fatigue chronique, difficultés de concentration.

Il existe de nombreux traitements que les neurologues prescrivent en fonction du type d’épilepsie diagnostiqué grâce à des examens approfondis comme l’IRM et l’EEG (électroencéphalogramme. Parfois, les examens ne sont pas significatifs et la cause des troubles restent inconnus, c’est ce qu’on appelle l’épilepsie idiopathique. Bien que les avancées médicales permettent à ce jour de stabiliser certains patients et de limiter les crises et les symptômes connexes, d’autres patients sont pharmaco-résistants (les médicaments n’ont aucun effet).

Face à la pharmaco résistance de sa fille de 3 ans, le papa de Charlotte Figi qui faisait près de 60 crises par jour, a décidé de tenter le tout pour le tout en lui administrant du cannabis thérapeutique, à faible teneur en THC et concentré en CBD. Très rapidement, l’état de la petite fille s’est amélioré de façon spectaculaire.

Première médiatisation du cannabis médical

Charlotte Figi est née aux États-Unis en 2006 et est décédée le 7 avril 2020. Dès sa naissance, ses parents ont observé des anomalies et se sont inquiétés pour sa santé.  Rapidement diagnostiquée avec le syndrome de Dravet, une forme d’épilepsie juvénile grave, Charlotte fait alors jusqu’à 60 crises d’épilepsie par jour. Elle ne pouvait ni parler, ni manger, ni marcher. Après avoir essayé de nombreux traitements sans résultat, le père de Charlotte a décidé d’enfreindre la loi et d’administrer de l’huile de cbd à sa fille.

Les parents de Charlotte ont constaté des améliorations significatives comme la diminution de la fréquence et de la puissance des crises. Dès lors, une variété de cannabis médical appelé Charlotte’s web est née et les parents de la petite fille ont créé Realm of Caring, une association qui vient en aide aux patients ne pouvant pas se financer leur traitement à base de CBD.

En France, le médicament Epidyolex est d’ores et déjà commercialisé. Pourtant, il est difficilement accessible et fait partie des médicaments qui ont des conditions particulières de prescription. Seuls les neurologues et les praticiens hospitaliers peuvent le prescrire et ils doivent demander une autorisation à  l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour le délivrer. En outre, les prescripteurs doivent prouver que toutes les autres alternatives ont été étudiées et ont été des échecs. Le CBD est donc une piste à suivre.

Lire aussi : Le cannabidiol : quelles sont les raisons de sa popularité ?

Quelle différence entre le CBD et le cannabis thérapeutique ?

La confusion entre le CBD et le cannabis thérapeutique est fréquente, mais il s’agit de deux produits différents. Le CBD est accessible à tous et légal, malgré une zone grise. On peut s’en procurer en ligne comme sur le site shop 321 cbd. Vous trouverez des produits à base de CBD comme l’huile de chanvre, la résine et les fleurs séchées. Ils contiennent très peu de THC (moins de 0,2 % comme la loi l’exige).

Le cannabis thérapeutique désigne les traitements à base de cannabis. Ils peuvent donc contenir des cannabinoïdes en tous genres comme le CBD et le THC. Le THC est un psychotrope qui est légalement interdit à la commercialisation et à la consommation. Considéré comme un stupéfiant, il n’est pas accessible légalement. Néanmoins, quelques exceptions sont faites dans des cas médicaux précis et extrêmement rares.

ruban-violet-sensibilisation-epilepsie

Qu’en est-il des risques d’accoutumance ?

Plusieurs études scientifiques ont démontré les effets bénéfiques du cannabis chez les patients atteints de formes graves d’épilepsies. Toutefois, une nouvelle étude réalisée par des chercheurs israéliens interroge sur l’intérêt à long terme. Cette étude est portée sur l’accoutumance du CBD et du cannabis thérapeutique. Effectivement, comme la plupart des médicaments, le corps s’habitue et pour que les bénéfices perdurent, il est nécessaire d’augmenter la posologie.

Par conséquent, afin d’évaluer l’efficacité à long terme des cannabinoïdes, les chercheurs ont suivi une étude visant à observer 92 patients pharmaco-résistants âgés de 1 à 37 ans. Ces patients n’ont auparavant pris aucune substance à base de cannabinoïdes. Ils ont reçu quotidiennement, et ce, pendant trois mois, un extrait d’huile de cannabis contenant principalement du CBD et une faible quantité de THC. Pour les porteurs du projet, le fait d’ajouter le THC permet de réduire la quantité de CBD dans la solution.

Au bout des trois mois de l’expérience, les scientifiques ont constaté que près d’un tiers des patients ont relaté une diminution conséquente du nombre de crises, ce qui confirme que le cannabis thérapeutique est bénéfique. En revanche, un quart des patients a développé une accoutumance au cannabis.

Cependant, cette accoutumance a pu être inversée suite à une réduction progressive de la dose de CBD suivit d’un arrêt total du traitement, avant de recommencer la prise avec la même dose qu’au début de l’étude. De cette façon, l’efficacité initiale a été retrouvée.

Enfin, pour estimer le rapport bénéfice risque, notons que les anti-épileptiques classiques peuvent également provoquer une accoutumance chez les patients ce qui a pour conséquence une augmentation de la posologie.

A retenir : le cannabis médical se différencie du CBD. Les produits à base de CBD sont facilement accessibles en ligne et présentent peu de danger. L’huile de CBD est de plus en plus utilisée pour soulager les symptômes de maladies neurologiques comme l’épilepsie, bien qu’aucune étude officielle ne démontre son efficacité, contrairement au cannabis médical qui demeure difficilement accessible.

Lire aussi : Tout savoir sur les e-liquides au CBD

Ça peut vous intéresser

Articles populaires

Commentaires recents